Actualités

Les élus en visite dans la zone d’activité de la Tuilière

Vendredi 29 janvier messieurs Wim Tanghe et Arne Aelterman, respectivement Président fondateur et chargé de projet chez ladrôme laboratoire, ont accueilli Bernard Buis, conseiller départemental du Diois et sénateur de la Drôme, François Brocard, maire de Saillans, Martine Charmet, conseillère départementale du Diois et les élus en charge de l’économie.

Ils ont indiqué aux élus que l’entreprise était l’une des pionnières, à la fin des années 80, dans l’utilisation de plantes fraîches bio dans le Diois. D’abord installée à Die, elle s’est implantée à Saillans en 2015 en y construisant une unité de stockage puis en y transférant son siège et ses unités de production en 2018. « Nous sommes très satisfaits de notre installation à Saillans. Nous sommes idéalement situés dans la vallée de la Drôme, c’est un plus indéniable pour notre attractivité sur le bassin d’emplois».

Aujourd’hui ladrôme laboratoire réalise un chiffre d’affaires de 11,4 M€ dont 30% à l’export (Belgique, Espagne, Grèce, Taïwan…) et emploie une cinquantaine de personnes.  Ses gammes de produits s’articulent autour de l’aromathérapie (huiles essentielles, huiles végétales, eaux florales), la phytothérapie (extraits de plantes, sirops, infusions) les élixirs floraux (fleurs de Bach) et la Propolis. Elle dispose de prés 268 références de produits finis et 800 références en vrac. Ses produits sont commercialisés en pharmacies et parapharmacies, dans les magasins bio et dans son magasin d’usine de Saillans.

« Nous sommes très attachés à notre ancrage local, nous nous appuyons sur un réseau de 24 producteurs partenaires locaux. Notre sourcing en plantes fraiches est réalisé à 90% dans le quart sud-est de la France ».

Wim Tanghe poursuit : « Nos valeurs sont fortes et nous sommes très attachés à donner du sens à nos actions. Nous sommes attentifs à nos producteurs ainsi qu’à nos collaborateurs et consommateurs. Nous voulons agir avec sens et efficacité et venons de rejoindre le collectif international 1% for the Planet engagé dans la cause environnementale. Nous nous sommes engagés à reverser 1% de notre chiffre d’affaires à des associations qui agissent en faveur de la protection de l’environnement. Nous sommes également mobilisés pour le commerce équitable avec le label Fair for Life ».

Il conclut la visite en annonçant envisager la création d’un jardin botanique « ce jardin sera ouvert au public et permettra de présenter la grande diversité des plantes avec lesquelles nous travaillons et de sensibiliser les visiteurs à la richesse de notre environnement ».

Les élus ont dit leur satisfaction d’avoir sur leur territoire une entreprise aussi florissante. 

Ils ont poursuivi leur visite au Domaine des Trois Becs exploité par Brigitte et Philippe Maubouché, propriétaires et exploitants d’un vignoble de 20 hectares, avec qui ils ont longuement échangé sur la situation économique particulièrement difficile pour la filière viticole. La fermeture des restaurants, l’annulation des salons et foires et de nombreux évènements festifs impactent fortement leur activité. Ils mettent tout en œuvre pour limiter les effets de la crise et espèrent une reprise rapide des ventes au caveau. Les élus leur ont indiqué être pleinement conscients de ces difficultés et leur ont apporté leur soutien.

Quels dispositifs et aides de la Région pour booster la digitalisation de votre TPE/PME/commerce ?

La crise sanitaire que nous vivons depuis le printemps n’a fait que renforcer une tendance de fond qui place le numérique au cœur des pratiques de consommation. Entrepreneurs, commerçants, artisans, afin de faciliter votre passage à la digitalisation, la CPME Auvergne-Rhône-Alpes et la Région Auvergne-Rhône-Alpes vous proposent un webinaire d’1h30 pour vous présenter les dispositifs et les aides de la Région pour booster votre transformation.

Que vous soyez novice ou plus initié, l’objectif est de vous donner accès facilement aux informations pour faire vos premiers pas ou pour vous perfectionner dans vos projets numériques. 

Visualisez le replay ici

Rencontre avec les représentants du marché

Les élus ont invité les représentants des commerçants du marché à une rencontre le lundi 18 janvier 2021.

François Brocard, maire de Saillans, a rappelé l’importance et l’attractivité du marché de Saillans et remercié ses représentants pour leur présence tout au long de l’année malgré des conditions inédites. Il s’est félicité de la permanence du marché malgré la crise sanitaire, des efforts d’adaptation des commerçants aux contraintes sanitaires, et de l’investissement du personnel municipal pour en assurer le bon fonctionnement. Le maire a également présenté Raphaël Alpha, nouveau placier du marché auquel Pascal Grimaud vient de transmettre le témoin après avoir exercé cette fonction avec efficacité pendant de nombreuses années. 

Les représentants des commerçants sont revenus sur cette année particulière. Le bilan économique du secteur alimentaire est plutôt satisfaisant porté par une bonne activité pendant l’été. Ils ont constaté avec satisfaction l’arrivée d’une nouvelle clientèle ayant visiblement changé ses habitudes de consommation. Celui du secteur non alimentaire est plus mitigé avec une période de fermeture plus longue imposée par la préfecture. Certains ont regretté quelques tensions ponctuelles qui, selon les élus, sont liées à une période de transition dans un contexte particulièrement difficile.

François Brocard a ensuite annoncé la création prochaine d’un comité consultatif du marché en remplacement de la commission qui s’est éteinte avec la fin de la mandature précédente. Il a également affirmé sa volonté d’y associer les commerçants du marché.

Un calendrier a été fixé pour procéder à l’élection de leurs représentants.

La première réunion du comité consultatif se tiendra au début du second trimestre. Elle permettra notamment l’adoption du nouveau règlement du marché. Les tarifs ont quant à eux été renouvelés à l’identique pour l’année 2021 lors du Conseil Municipal du 17 décembre dernier.

Point d’actualité sur la situation des cafetiers et restaurateurs (8 janvier 2021)

La députée Célia de Lavergne, le sénateur et conseiller départemental du Diois Bernard Buis à l’écoute des restaurateurs et cafetiers

Les élus ont à nouveau réuni ce 8 janvier les restaurateurs et cafetiers saillansons pour faire un point d’actualité après une première rencontre en décembre dernier.

Il est nécessaire de rappeler que ces commerces sont fermés depuis la fin du mois d’octobre, soit depuis plus de deux mois maintenant, après avoir été déjà fermés lors du 1er confinement.

L’augmentation de la vitesse de circulation du virus, du nombre d’hospitalisations et les annonces du premier ministre la veille de cette rencontre viennent de balayer l’espoir d’une réouverture initialement envisagée le 20 janvier prochain.

Madame Célia de Lavergne, députée de la 3eme circonscription de la Drôme, et Monsieur Bernard Buis, conseiller départemental du canton du Diois et sénateur, ont souhaité, par leur présence, apporter leur soutien à ces commerçants durement frappés par la crise.

Après la traditionnelle présentation des vœux, Monsieur François Brocard, maire de Saillans, accompagné des élus en charge de l’économie, des finances et du tourisme a invité les participants à échanger le plus librement possible.

Madame la députée s’est exprimée longuement. « Je suis venue pour vous écouter et vous parler franchement. Je suis pleinement consciente de la gravité de votre situation. Vous êtes des entrepreneurs, vous êtes indépendants et avez l’habitude de faire face et d’assumer seuls vos décisions et difficultés lorsqu’elles se présentent à vous. La crise qui nous frappe est hors normes et vous empêche d’exercer votre métier, vous prive de votre raison d’être. Nous savons que les difficultés financières que vous rencontrez ne sont pas les seules que vous devez surmonter. Cette crise nous prive de nos habitudes au quotidien, bouleverse nos relations familiales et amicales. Les aspects sanitaires, économiques et sociaux de cette crise sont indissociables. C’est l’ensemble des liens sociaux qui sont mis à rude épreuve. Je dois vous dire aussi que vos activités sont particulièrement exposées car le port du masque est difficilement applicable dans vos établissements, cela augmente considérablement le risque de transmission du virus. C’est une réalité malgré tous les efforts qui ont été les vôtres pour répondre aux mesures de prévention qui vous ont été demandées.  Les indicateurs ne sont pas bons et une troisième vague est encore à craindre, il est difficile d’envisager un retour à la normale avant le mois d’avril, il est de notre responsabilité de le dire clairement ». L’avancement du couvre-feu à 18 heures à partir du 12 janvier dans notre département vient malheureusement confirmer ces craintes.

Ces propos sans filtre et chargés d’empathie ont ouverts des échanges nombreux et constructifs avec la dizaine de professionnels présents. Ils ont, tour à tour, exposé leur difficultés, craintes et attentes face à cette situation inédite. Si tous sont satisfaits des aides mises en place par le gouvernement, malgré quelques lourdeurs administratives et interprétations jugées parfois erronées lors de la mise en place des décrets d’application, ils restent fortement préoccupés pour leur avenir. « Nous nous sentons soutenus, les mesures en place et la bonne saison d’été nous ont permis de garder la tête hors de l’eau mais nous sommes inquiets pour la suite ».   Ils ont ainsi exprimé avec beaucoup de gravité et de réalisme leur inquiétude sur les conditions de sortie de la crise et de reprise de leur activité lorsque cela sera possible. « Nous avons besoin de visibilité, de savoir comment nous organiser, nous n’avons plus de repères, tout est à reconstruire – les aides ne doivent pas s’arrêter avec la disparition du virus, nous devrons reconstituer notre trésorerie, renforcer nos fonds propres. Il faudra du temps pour sécuriser à nouveau nos établissements, l’état doit aller plus loin en maintenant son accompagnement pendant toute l’année 2021 au moins. Nous avons besoin de l’annulation de certaines charges, d’une TVA à taux réduit pour relancer notre activité, il faudra encore nous soutenir si nous voulons sauver nos commerces, même si notre but n’est pas de vivre d’aides mais de notre travail.»

Monsieur Bernard Buis s’est quant à lui engagé à apporter des réponses rapides aux difficultés rencontrées, à faire remontrer les attentes exprimées et à apporter la lumière sur un décret rétroactif du 20 décembre qui rendrait le dispositif du fonds de solidarité plus restrictif selon l’un des restaurateurs.

Madame la députée a souhaité conclure cette rencontre sur une note d’optimisme et d’encouragements : « nous avons besoin de vous, il faut garder l’envie et votre motivation. La clientèle sera au rendez-vous le moment venu, c’est certain, la sortie du 1er confinement nous l’a montré. Il me tarde de revenir vous voir pour partager un café en terrasse avec vous ».

Rendez-vous est pris !

  • Aide aux commerces : une première subvention attribuée (18 décembre 2020)

La commune de Saillans et la Région AuRA ont signé une convention il y a quelques semaines pour accompagner l’installation et le développement des commerces dans le centre du village.

Cette convention a pour objet d’aider, sous forme de subventions, à la réalisation de programmes d’investissements (travaux, achats de matériels et de mobiliers, sécurisation des locaux, enseignes…) pour soutenir le commerce de proximité.

Ces subventions peuvent atteindre jusqu’à 30% du budget d’investissements dans la limite de 50 000 € HT. La part versée par la commune est de 10%, celle de la Région de 20% (sous conditions). La commune a voté une aide annuelle de 10 000 € sur 3 ans.

Le maire de Saillans, et les élus en charge de l’économie ont reçu, le 18 décembre, Laura Trignac et Orane Diaz qui viennent de reprendre le magasin L’Univers de Pascal sous la nouvelle enseigne 14°5.

François Brocard a manifesté sa satisfaction et a encouragé ce projet au moment de la signature de la convention « votre enthousiasme et votre énergie sont un signal d’espoir dans ces temps difficiles ». Les élus les ont chaleureusement félicitées et leur ont également souhaité une belle réussite dans leur entreprise.

Une aide communale de 2499€ sera versée au terme du programme de travaux.

crédit photo : Michel Morin/DL

Les élus à l’écoute des restaurateurs et cafetiers

(1 décembre 2020)

S’ils se réjouissent de la réouverture des commerces depuis le 28 novembre les élus restent préoccupés par la situation des restaurants et débits de boissons. Les nouvelles annonces du chef de l’état ont en effet écarté la possibilité d’une réouverture avant le 20 janvier.

Le maire de Saillans, François Brocard, et les élus en charge de l’économie ont rencontré le 1 décembre 2020 les professionnels encore frappés par des fermetures administratives pour faire un point sur la situation.

François Brocard a rappelé que les bars et restaurants sont essentiels à la vie quotidienne du village, qu’ils participent pleinement à son animation et sont un des maillons du lien social entre les habitants.

Il a également rappelé l’intervention récente de la municipalité auprès de Madame la Sous-Préfète, Madame la députée et Madame et Messieurs les sénateurs pour réclamer plus de souplesse dans l’application des mesures sanitaires en s’appuyant notamment sur le sens des responsabilités des professionnels et des élus locaux.

Une prochaine visite de Madame la députée Célia de Lavergne est en cours d’organisation.

Les commerçants ont quant à eux exprimé avec dignité et résignation leur frustration de ne pas pouvoir tout simplement exercer leur métier :

« Nous avons respecté tous les protocoles de sécurité demandés », « Nos clients sont plus en sécurité dans nos restaurants que dans les rues piétonnes ou les galeries marchandes bondées»,« Nous avons fait beaucoup d’efforts d’organisation mais la vente à emporter ne suffit pas à couvrir nos charges», « Comment allons-nous faire après la crise, comment allons nous être accompagnés dans la durée ? » autant d’incompréhensions, d’interrogations et d’inquiétudes réelles pour leur avenir.

Les élus ont ensuite passé en revue les principales aides de soutien à l’économie dont le fonds de solidarité, l’activité partielle, les prêts garantis par l’État et les nombreuses aides régionales. De longs échanges ont permis des retours d’expériences, des conseils, et aussi mis en avant les difficultés rencontrées pour les obtenir. Tous s’accordent à dire « nous ne voulons pas être dépendants des aides et il faudra bien rembourser les nouveaux crédits, comment allons-nous faire si l’on nous empêche de travailler, nous avons juste besoin de visibilité et de sérénité ».

Les élus ont conclu cette rencontre en réaffirmant leur solidarité et annoncé avoir acté avant l’été une exonération de 50% du coût de l’occupation du domaine public pour les terrasses. Cette exonération sera portée à 60% pour tenir compte des effets du second confinement (délibération à l’ordre du jour du conseil municipal du 17 décembre prochain).